Juin 2016 - A la une

Numérique   |  Sécurité

Comment combler l’écart de disponibilité ?

Alors que les sociétés s’adaptent à un nouveau type d’utilisateurs, demandeurs d’une expérience transparente et connectée, la capacité des entreprises modernes à fournir des services ininterrompus et à innover en permanence n’a jamais été plus urgemment nécessaire. Mais les entreprises d’aujourd’hui fournissent-elles les services que leur réclament leurs clients ?

 

Veeam Availability Report 2016 synthétise les opinions de 1 140 décideurs informatiques issus de 24 pays. Il démontre de manière significative que les besoins de l’entreprise Always-On (Always-On Enterprise™) ne sont pas satisfaits aujourd’hui et que les sociétés/compagnies/firmes doivent considérer la disponibilité comme une priorité stratégique.

 

La nouvelle étude de Veeam® Software, fournisseur innovant de solutions de disponibilité assurant la continuité d’activité des entreprises (Availability for the Always-On Enterprise™), nous révèle 5 conclusions majeures :

 

  • 84 % des décideurs informatiques à travers le monde reconnaissent se trouver face à un fossé en matière de disponibilité. Cela coûte aux entreprises jusqu’à 1,4 millions d’euros par an en pertes de revenus et de productivité. Ce chiffre a bondi de 5 300 000 euros en 12 mois, bien que la quasi-totalité des responsables interrogés indiquent avoir pris des mesures plus strictes afin de réduire les incidents de disponibilité.

 

  • La perte de confiance de la clientèle (pour 68 % des répondants), le préjudice pour l’image de marque (62 %) et la perte de confiance des collaborateurs (51 %) sont les trois effets « non financiers » cités comme conséquence d’un manque de disponibilité.

 

  • Le coût horaire moyen de l’interruption d’une application critique avoisine les 70 000 euros, et celui de la perte de données à la suite d’une telle interruption, 80 000 euros. En ce qui concerne les applications non critiques, ce coût horaire moyen dépasse 45 000 dollars dans un cas comme dans l’autre.

 

  • Les responsables interrogés indiquent que leur entreprise, en moyenne, connaît 15 interruptions non planifiées par an, contre 13 en 2014. Par ailleurs, la durée d’interruption est passée, d’une année sur l’autre, de 1,4 à 1,9 heures pour les applications critiques et de 4 à 5,8 heures pour les applications non critiques.

 

  • L’objectif de temps de restauration (RTO) des applications stratégiques est lui aussi pointé du doigt. Alors que les accords de niveau de service (SLAs) requièrent 1,6 heure, il atteint réellement 3 heures en moyenne. De manière similaire, le délai optimal de reprise d’activité (RPO) est de 4,2 heures, mais devrait idéalement être de 2,9 heures.

 

Pour être véritablement « Always-On », les entreprises doivent fournir des efforts considérables et effectuer des investissements importants pour parvenir à la vraie disponibilité. Il ne s’agit pas simplement de fournir aux collaborateurs des périphériques qui leur permettront d’avoir accès à leur messagerie pendant leurs déplacements. Il s’agit de garantir l’accès à toutes les ressources.

 

Les datacenters connaissent d’importantes mises à niveau. Et si ce n’est pas maintenant, cela se produira dans un avenir proche. Permettre l’accès 24/7 à l’entreprise Always-On sera probablement le moteur de ces mises à niveau.

 

Pour en savoir plus, téléchargez la version complète de l’étude Veeam Availability Report, cliquez ici.