Juin 2016 - Tendances

Digitalisation   |  Futur

La confiance, moteur de la transformation numérique

La transformation digitale devient incontournable pour assurer le développement et la pérennité des entreprises. Créer, améliorer son site web ou investir les réseaux sociaux ne suffit plus. C’est au cœur même de l’entreprise qu’il faut agir, avec l’ensemble des collaborateurs. Aujourd’hui, adapter ses pratiques commerciales, industrielles et managériales n’est plus une option mais un impératif.

Transformation numérique ou digitale ?

On confond souvent transformation numérique et transformation digitale. Bien que les académiciens nous incitent à préférer le terme numérique (on parle de conseil National du numérique par exemple), ces deux approches sont totalement différentes :

  • La transformation numérique de l’entreprise évoque la numérisation, le codage de l’information au sein même de l’entreprise et envers ses partenaires : numérisation de la documentation, échanges « dématérialisés », équipement en ordinateurs, tablettes et téléphones des collaborateurs…

 

  • La digitalisation de l’entreprise va bien plus loin. Elle renvoie à l’usage, à l’expérience et à la redéfinition même du modèle économique de l’entreprise : son offre, sa relation avec les consommateurs, son mode de production, son financement (via le crowdlending par exemple).

 

  • Pour répondre à ces changements, les professionnels associent le digital à la création de nouveaux canaux de communication, à la valorisation de la collaboration interne et externe, à la mise en place de processus dits « agiles »… Une stratégie qui, facilitée par les technologies numériques, fluidifie aussi bien l’organisation du travail que l’expérience consommateur.

 

De nombreux experts comparent ainsi la transformation digitale aux révolutions industrielles. Incontournable et mettant en danger les entreprises qui ne l’adoptent pas, elle bouleverse en profondeur leur organisation. D’où la crainte des PME et ETI françaises de ne pouvoir s’adapter. Mais cette appréhension ne rendrait-elle pas la transition encore plus difficile ? 

iStock_92709157_XLARGE

Une prise de conscience peu suivie de faits

D’après le Baromètre de la Transformation Digitale 2016 de CSC France, de plus en plus d’entreprises du secteur privé ou public prennent le virage du digital.

 

Plus de 93 % d’entre elles pensent en effet que le digital a un impact important sur leur activité et qu’il permet de contribuer plus fortement à l’augmentation de leur chiffre d’affaires.

 

Ainsi, dès 2015, 86 % des entreprises répondant au Baromètre Idaos sur la transformation digitale considéraient cette évolution comme impérative. Mais la réalité n’est pas aussi évidente : selon une récente étude administrée par CapGemini, seulement 7 % des entreprises peuvent être considérées comme “expertes du digital” pour avoir :

  • Investi dans les nouvelles technologies,
  • Modifié leur organisation en profondeur,
  • Etre aujourd’hui les seules capables de s’adapter rapidement aux dernières tendances.

 

La digitalisation de l’entreprise, c’est :
• La croissance du business
• L’accompagnement client plus personnalisé
• La simplification de l’expérience client
• La révision du business model, la transformation des processus et de la culture d’entreprise
• L’optimisation de l’organisation interne, donc l’amélioration des performances internes
• L’interaction entre les différents canaux (web, magasin, réseaux, etc)
• Le partage à tout point de vue, la transparence en interne et en dehors de l’entreprise
• Le suivi des tendances et l’agilité

Négocier le virage du digital   

Comme tout changement, le passage au digital n’est pas sans danger. Malgré les opportunités et les innovations qu’il engendre, une majorité d’entreprises (52 %*) perçoit cette transition comme une menace importante… Mais le plus gros risque serait-il justement de ne pas évoluer ?

 

De peur de perturber les habitudes de travail de leurs collaborateurs de nombreux responsables hésitent encore à passer le cap de la digitalisation. La résistance au changement étant d’usage, l’évolution doit donc se faire en douceur en prenant compte des aptitudes de chacun. Échanger, communiquer, convaincre, commencer par des projets réalisables, proposer des formations pour avancer pas à pas… Ces étapes sont nécessaires au succès de la digitalisation.

 

Il est également important de souligner que la transformation digitale touche l’ensemble des départements d’une PME, pas seulement le service informatique ou la communication. Tous les collaborateurs ont donc un rôle à jouer. Classiquement, cette transformation impacte 4 axes :

  • La stratégie : repenser le modèle économique & faire évoluer produits et services.
  • L’organisation : adapter toute l’organisation de votre business à cette nouvelle réalité.
  • la technologie : faire évoluer les plateformes et outils pour accélérer la transformation.
  • la culture d’entreprise : faire passer une « vision digitale » pour que chacun se l’approprie.

 

Ainsi, une des clés de la réussite repose sur l’instauration d’un climat de confiance. Le rôle des Ressources Humaines est donc moteur dans ce type de projet. Ces dernières sont forcées de se réinventer, non seulement dans leur usage de la technologie, mais aussi et surtout dans leur façon d’aborder leur métier.
Quels sont les impacts sur l’organisation, la mobilisation des employés et le fonctionnement de l’entreprise ? Quels sont les outils à disposition ? Quels sont les enjeux pour bien les utiliser, former les salariés, éviter que certains se sentent dépassés ?
Autant de questions qu’il est essentiel de se poser. Construire une stratégie digitale réussie nécessite de s’adapter et d’avancer pas à pas. Notamment lorsque les moyens sont insuffisants pour mener à bien et simultanément plusieurs projets de digitalisation.

 

L’enjeu est de taille. Si certaines entreprises ont plus de facilités que d’autres à se lancer, l’important est d’initier le changement… en clair, de faire le premier pas !
À vous de jouer !

 

* Indicateur tiré de l’étude de CSC « Les secrets du super héros du digital »