Février 2017 - Tendances

Futur   |  TIC

Les 10 tendances technologiques pour 2017

Reflet de la réalité ou réel engouement, les nouvelles TIC (Technologies de l’information et de la communication) répondent aux différentes expérimentations menées sur le terrain et à l’émergence des concepts à venir d’ici 5 à 10 ans. Solutions agiles, nouvelle expérience utilisateurs et administrateurs, protocoles… Retrouvez notre liste des 10 tendances technologiques à venir.

 

  1. La 5G

La 5G ne verra pas commercialement le jour avant 2020-2025. Sa standardisation définitive n’est d’ailleurs pas encore à l’ordre du jour, mais les futures performances annoncées par les différentes expérimentations des équipementiers et des opérateurs font rêver : une bande passante jusqu’à 1 000 fois plus rapide que celles des actuels réseaux mobiles, un temps de latence de 1 ms aller-retour de bout en bout (cinq fois moins important que la 4G), une réduction de l’utilisation de l’énergie du réseau proche de 90 %.

 

  1. La réalité augmentée

Young woman is using head-mounted virtual reality goggles

La réalité augmentée est la superposition de la réalité et d’éléments (sons, images 2D, 3D, vidéos, etc.) calculés par un système informatique en temps réel. Souvent, elle désigne les différentes méthodes qui permettent d’incruster de façon réaliste des objets virtuels dans une séquence d’images. Elle s’applique aussi bien à la perception visuelle (superposition d’image virtuelle aux images réelles) qu’aux perceptions proprioceptives comme les perceptions tactiles ou auditives. Ces applications sont multiples et touchent de plus en plus de domaines, tels que les jeux vidéo, l’éducation par le jeu, le cinéma et la télévision, les industries (conception, design, maintenance, assemblage, pilotage, robotique et télérobotique, implantation, étude d’impact…etc.), la formation ou le champ médical. 

 

  1. Le deep learning

Cette technologie d’apprentissage, basée sur des réseaux de neurones artificiels, a complètement bouleversé le domaine de l’intelligence artificielle en moins de cinq ans. Il s’agit d’un ensemble de méthodes d’apprentissage automatique tentant de modéliser avec un haut niveau d’abstraction des données grâce à des architectures articulées de différentes transformations non-linéaires. Ces techniques ont permis des progrès importants et rapides dans les domaines de l’analyse du signal sonore ou visuel et notamment de la reconnaissance faciale, de la reconnaissance vocale, de la vision par ordinateur, du traitement automatisé du langage.

 

  1. Le Cloud hybride

Un Cloud hybride est un service Cloud intégré utilisant à la fois des Clouds privés et des Clouds publics pour remplir différentes fonctions au sein d’une même organisation. Si tous les types de services Cloud sont sensés offrir un certain niveau d’efficacité, à des degrés divers, les services de Cloud public sont susceptibles d’être plus avantageux au niveau des coûts et plus évolutifs que des Clouds privés. C’est pourquoi une organisation peut maximiser son efficacité en utilisant des services de Cloud public pour ses opérations non-sensibles, et s’appuyer en revanche sur un Cloud privé lorsqu’elle en a besoin, faisant en sorte que toutes ses plateformes soient intégrées harmonieusement.

 

  1. Sécurité et outils d’analyses comportementales

Cybersecurity of network of connected devices and personal data security, concept on virtual interface with consultant in background

Si les outils traditionnels de sécurité périmétrique comme les firewalls, les antivirus, les antispams et autres IDS (Intrusion Detection System) restent indispensables dans les entreprises, les politiques de sécurité doivent aussi prendre en compte les comportements des collaborateurs dans les entreprises et à l’extérieur. En effet, la menace provient aussi de l’interne. Contrôler les comportements des collaborateurs en limitant certains accès (messagerie personnelle, sites de téléchargement…), par exemple, serait aujourd’hui de mise.

 

  1. La supervision des containers

Depuis sa relance open source en 2013 (les containers sont arrivés en 2004 avec Solaris 10), la containerisation des applications avec Docker ou CoreOS est un succès, les entreprises quelle que soit leur taille l’adoptent facilement en production. C’est devenu, de fait, un standard. Au-delà du conteneur en lui-même, l’enjeu s’est donc déplacé sur la supervision des conteneurs en production pour suivre ce qui se passe à l’intérieur de ceux-ci.   

 

  1. L’hyperconvergence

Par rapport à l’infrastructure convergée, l’hyper-convergence englobe les éléments d’infrastructure dans un réservoir de ressources partagées, en intégrant un stockage réparti sur les différents nœuds, dédupliqué, compressé et optimisé, en positionnant les blocs les plus accédés sur du disque de type SSD et les autres sur des disques plus capacitifs. Le principe est de consolider sur une seule pile logicielle tous les composants, dans une démarche « software defined ».

L’intérêt est de permettre la croissance de façon linéaire en suivant les besoins, sans remettre en cause l’architecture globale, les ressources de stockage augmentant linéairement avec les ressources processeurs.

 

  1. Thread, un réseau maillé pour l’IoT

Les milliards d’objets connectés annoncés par les différents cabinets d’études dans les cinq ans à venir vont envahir notre environnement personnel et professionnel. Mais cette profusion d’objets est aussi synonyme de multiplicités des protocoles et des standards de communication. En effet, comme toute technologie récente, chaque fabricant tente d’imposer ses solutions souvent propriétaires. Un thread ou fil d’exécution est capable d’exécuter l’ensemble des instructions du langage machine d’un processeur. Un processus peut contenir un ou plusieurs threads s’exécutant en quasi-simultanéité ou simultanément sur les processeurs multi-cœurs. Cependant, à la différence des processus, les threads partagent le même espace mémoire protégé, les mêmes ressources et le même espace mémoire.

 

  1. Des communications unifiées tournées vers la mobilité

Face à des utilisateurs professionnels de plus en plus dépendants des terminaux mobiles et qui délaissent les solutions de téléphonie traditionnelles, les opérateurs historiques et alternatifs sont toujours plus nombreux à s’orienter vers des solutions de communications unifiées dans le cloud même si ces dernières représentent, en moyenne, moins de 10 % de parts de marché en France. La marge de progression reste donc importante. 

 

  1. SD-WAN, une alternative ou une complémentarité aux liens MPLS ?

Pour une entreprise multi-sites, le réseau MPLS (Multiprotocol label switching) en place depuis plus de 15 ans n’est plus forcément adapté au transfert de données sur de grandes distances et aux nouveaux usages du Cloud, les services en ligne étant très gourmands en ressources réseaux. De plus, pour ces entreprises, les liens MPLS sont onéreux et complexes à déployer. Face à ce constat, de plus en plus d’entreprises s’orientent vers le SD-WAN, une technologie qui s’appuie sur un réseau Internet sécurisé. Les concepts SDN ((Software-Defined Network)